21
novembre 2017

Les Assises de la mobilité, amorce d'un changement de modèle ?

Mobilités
TAILLE DU TEXTE
Le Premier ministre, Edouard Philippe, a confirmé, lors du lancement des Assises de la mobilité, le 19 septembre, la philosophie du gouvernement en matière de transports. Le président de la République lui-même avait indiqué, le 1er juillet dernier, qu'il n'était pas là pour "promettre des TGV ou des aéroports […] à tous les chefs-lieux de département". Ces Assises, le gouvernement les veut en effet centrées sur "les mobilités du quotidien", et non les grands projets d'infrastructures. La raison principale ? "L'impasse financière" dans lequel les "trop nombreuses promesses" ont conduit le système. Pendant trois mois, les acteurs du secteur, entreprises, administrations, collectivités, experts et citoyens, sont invités à penser la mobilité selon ce nouveau paradigme. Il existe "trois défis de la mobilité de demain", pour le gouvernement. En premier lieu, la sobriété, en matière d'émissions carbone et, plus généralement, de pollution. Ensuite vient l'attractivité des réseaux, jugé à la fois "de qualité" et "plus vraiment à la hauteur", pour le Premier ministre. Enfin, et non des moindres, le défi de "la sincérité". Pour Edouard Philippe en effet, "nous nous sommes collectivement trop promis" et aujourd'hui, (...)

Pour lire la suite : identifiez-vous

Vous êtes déjà abonné? La lecture de cet article nécessite d'être identifié :
Je m'identifie

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au titre suivant :
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS

Bannière lettre 2016 URBAPRESS

Banniere Traits Urbains 86 250

Bannière lettre 2016 Decideurs Ile de France Innovapresse 250