15
novembre 2018

Lille : le juge administratif met le projet Saint-Sauveur sur pause

Projets urbains
Outils
TAILLE DU TEXTE
L'urbanisation du site de la gare Saint-Sauveur (environ 2 400 logements sur 23 hectares, au cœur de Lille), va subir du retard. Par décision en date du 5 octobre, le tribunal administratif de Lille a suspendu la déclaration d'intérêt général prononcée par la Métropole européenne de Lille (MEL). Les magistrats, répondant à un recours déposé par deux associations, estiment que le dossier soumis à enquête publique au printemps dernier comportait "des insuffisances et inexactitudes" de nature à "nuire à l'information complète de la population". En cause : l'étude des impacts des aménagements prévus sur la qualité de l'air et la décision tardive d'implanter sur le site une piscine olympique. Cette sentence contraindra sans doute la MEL à organiser une nouvelle enquête publique. Ensuite seulement, le tribunal administratif examinera sur le fond l'intérêt général du projet. Les opposants à l'urbanisation de la friche, parmi lesquels on retrouve les élus EELV lillois, pourtant membres de la majorité municipale, appellent à une refonte en profondeur du schéma établi par l'agence de l'urbaniste Jan Gehl.

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour découvrir la suite : abonnez-vous

La lecture de cet article nécessite d'être abonné au PACK DIGITAL ou à l'un des titres suivants :
Je m'abonne
PACK DIGITAL
Je m'abonne
URBAPRESS INFORMATIONS
Je m'abonne
LA LETTRE DE LA PIERRE
Je m'abonne
LE COURRIER DU LOGEMENT
Je m'abonne
TERRITOIRES D'ILE DE FRANCE