21
août 2019

Valérie Pécresse défend sa "région-métropole"

Politique
Outils
TAILLE DU TEXTE

Dans l’auditorium bondé du musée du quai Branly – Jacques Chirac, Valérie Pécresse a présenté ses vœux, le 23 janvier. La présidente (LR) de l’Ile-de-France a d’abord défendu le bilan d’une "région-métropole qui agit", et est "venue avec les preuves que nous avons un dessin métropolitain qui relève les défis". Les défis de l’emploi, de l’attractivité, de la transition écologique, des transports, de la solidarité… Valérie Pécresse est ainsi revenue sur les politiques mises en place depuis deux ans, de la "smart région" aux "100 quartiers innovants et écologiques" en passant par les dispositifs relatifs à l’emploi, aux formations, ou encore au déploiement du très haut débit. Et pour faire de l’Ile-de-France une région "moderne, puissante, écologique, et solidaire", le temps est venu, selon elle, du "lâcher prise", et d’une "vraie décentralisation". Message porté à l’adresse de Michel Cadot. En filigrane de son discours, Valérie Pécresse n’a cessé de revendiquer auprès du préfet de région que "la bonne échelle" pour la métropole du Grand Paris, dont le périmètre et la gouvernance sont remis en cause, était celle de la région.
En 2018, l’innovation sera partout, explique-t-elle : dans la reconquête financière – surfant ainsi sur le Brexit -, industrielle, touristique, environnementale et sociale : "je défends la renaissance de l’industrie francilienne" ; "une attention particulière sera portée sur l’artisanat et le commerce", ainsi que sur "l’économie sociale et solidaire" (ESS), promet-elle, "un secteur à part entière" qui aura accès "aux commandes publiques et à nos dispositifs de soutien". Rappelons, par ailleurs, la fermeture, il y a plusieurs mois, de l’Atelier, centre de ressources ESS en Ile-de-France.
Valérie Pécresse a aussi rappelé la nécessité de mettre en place un plan d’urgence pour les transports franciliens et l’importance de réaliser le Grand Paris Express dans sa totalité et dans ses délais (cf. p. 1). La présidente s’est largement penchée sur les mesures prises pour les transports collectifs, sa "révolution des transports". Et a demandé au gouvernement que soit créé un "fonds d’indémnisation voyageurs", en réponse aux nombreux dysfonctionnements observés sur le réseau francilien depuis deux ans et en amont des "dix années de chantier à venir". (JS)

Articles sélectionnés pour vous

Bannière cp 2016 3