Le territoire de Fessenheim (68) perd sa Sem de reconversion, mais pas l’espoir de rebondir

Stratégies urbaines
Outils
TAILLE DU TEXTE
Le symbole franco-allemand de la reconversion du territoire de la centrale nucléaire de Fessenheim (68) fait flop. La Sem Novarhéna, de droit français et accueillant des actionnaires frontaliers allemands à son capital, a été dissoute le 14 octobre… seulement 18 mois après sa constitution, et sans avoir engagé un seul projet en rapport avec son objet social : "la contribution à la réalisation d’opérations d’aménagement et de construction pour la mise en œuvre du projet de territoire post-Fessenheim". Plus précisément, lui semblait promis le développement de la zone d’activités EcoRhéna réservée aux grands projets de réindustrialisation. Or, la réduction de sa surface de 220 à 55 ha au fil des mesures environnementales a amené cette zone à une taille qui a décidé son propriétaire, le Syndicat mixte ouvert (SMO) du port de Colmar-Neuf-Brisach, à renoncer à lancer un appel d’offres, pour passer à un pilotage en régie. "Si l’on avait eu (...)

Vous êtes abonné(e) : identifiez-vous

Je m'identifie
Abonné PACK DIGITAL
Je m'identifie
Abonné aux Lettres d'informations

Pour vous abonner :

Je m'abonne
PACK DIGITAL

Articles sélectionnés pour vous

CAIV - Carnet d'adresses de l'immobilier de la ville

Traits Urbains n°130/131 vient de paraître !

Couv TU129 250 002

Les dernières vidéos

FPU 14/11/2022 – Ecoquartier fluvial de L'Île-Saint-Denis : une exemplarité olympique
FPU 14/11/2022 - Urban print, logiciel d'évaluation environnementale des projets urbains
FPU 14/11/2022 - L'Aréna, une nouvelle définition de l'urbanité
FPU 14/11/2022 – Quartier de Gares du Grand Paris : la ville du nouveau métro
FPU 14/11/2022 – Kardham Architecture face au défi climatique